Par Céline Duisit Publié le 21 mai 2013 (mis à jour le 07 juin 2017)

La charte graphique est un outil très important qui définit précisément l’identité visuelle d’une marque ou d’une entreprise. Bien souvent mise de côté et sous-estimée, elle est cependant indispensable pour toute création pertinente et cohérente de nouveaux supports de communication.

Différents éléments peuvent être détaillés dans une charte suivant les besoins de l’entreprise, voici une liste non exhaustive des incontournables afin de construire une charte complète et efficace.

Les principaux éléments de l’identité visuelle

 

Le logo et sa baseline

Le logo forme avec le nom de la marque les éléments principaux de l’identité visuelle d’une organisation ou d’un produit/service.
Créé sur le long terme, il doit être défini de manière précise au sein de la charte graphique, avec sa baseline s’il en possède une et dans ses versions traduites s’il existe en plusieurs langues. En effet, son utilisation et sa forme doivent toujours être cohérentes dans le temps et selon les supports afin de garder une stabilité visuelle et ainsi asseoir la visibilité et la notoriété de la marque.
Voici les caractéristiques qui doivent être déterminées et inscrites dans la charte graphique :

  • Typographies utilisées au sein même du logo (quand il s’agit d’un logo typographique non schématique) ou dans son éventuelle baseline. Il est utile de mentionner si ces typographies sont libres de droits ou non afin que tout utilisateur de la charte puisse se procurer facilement les polices concernées, en toute connaissance de cause.
  • Couleurs utilisées pour le logo, en précisant bien les équivalences des différents modes colorimétriques (CMJN, RVB, LAB, Pantone, # hexadécimal, etc.). Suivant les utilisations et les supports (web, print, etc.) ce ne sont pas les mêmes modes qui sont utilisés, il faut donc prévoir les correspondances de couleur. Attention tout de même : l’équivalence parfaite n’existe pas !
  • Déclinaisons colorimétriques du logo en 1 ou 2 couleurs (pour les marquages d’objets ou les télécopies par exemple) ou en niveaux de gris (pour les impressions en noir), etc.
  • Règles d’utilisation du logo et de sa baseline : sa construction, les usages sur des fonds clairs / foncés / hétérogènes (photographie par exemple), la taille minimale pour une bonne visibilité, la zone d’exclusion ou espace protégé / espace de dégagement (marge autour du logo à respecter impérativement).
  • Exemples d’utilisations interdites : modification de la construction du logo, changement de couleurs, agrandissement sans respect des proportions, etc.

 

Les typographies

Cette partie doit mentionner les typographies qui sont utilisées pour la rédaction de tous les supports de communication. Elles peuvent être totalement différentes de la typographie présente dans le logo. Là encore, il est utile de préciser si les typographies sont libres de droits ou non.
Prévoir des choix de substitution plus « classiques » est également un réel plus. En effet certaines polices ne sont pas installées sur tous les postes, d’autres ne sont pas disponibles pour certains usages (textes des clients de messagerie mail par exemple). Avec une correspondance typographique définie, les communications conservent tout de même une certaine cohérence : l’utilisation d’Arial à la place d’Helvetica est un exemple courant.



Le nuancier des couleurs

Cette partie de la charte graphique référence toutes les couleurs susceptibles d’être souvent utilisées, faisant partie de l’identité de la marque / entreprise. Cela permet à chaque collaborateur et/ou prestataire de retrouver facilement les bonnes références colorimétriques en gardant ainsi une cohérence dans la création des divers supports de communication internes ou externes.
Une charte détaillée précisera également ici les équivalences CMJN, RVB, LAB, Pantone, # hexadécimal, etc. de chaque nuance, suivant les besoins de l’entreprise en termes d’utilisation et de finalité des supports.



Les autres éléments identitaires

Il arrive fréquemment que d’autres éléments soient intégrés de manière récurrente dans les supports de communication : une frise, des formes géométriques ou des symboles spécifiques suivant les services, etc. Si ces éléments sont répétitifs, ils peuvent faire partie intégrale de l’identité d’une marque ou d’une entreprise, leur utilisation se doit donc d’être chartée pour garder une certaine cohérence visuelle.



La déclinaison des supports de communication

Une fois que les principaux éléments de l’identité visuelle sont construits, toute sorte de supports de communication peut alors être déclinée. La charte graphique de la marque ou de l’entreprise peut préciser les détails de la construction et de la mise en page des documents les plus récurrents, comme les supports de correspondance par exemple :

  • Cartes de visite (85 x 55 mm).
  • Cartes de correspondance (210 x 100 mm).
  • Tête de lettre et mise en page des courriers.
  • Enveloppes.
  • Chemises à rabats.
  • Tampon de la société.
  • Signatures mails.
  • Etc.

D’autres supports peuvent être précisés dans la charte, selon la fréquence de leur utilisation dans la société, comme les fonds d’écran ou encore la signalétique extérieure des locaux et véhicules (drapeaux, vitrophanie, covering adhésif, peinture), les communiqués et dossiers de Presse, les présentations PowerPoint, etc.

Pour chaque support la mise en page sera détaillée : le format, les marges, les couleurs et typographies utilisées. Il sera même utile de préciser la taille du texte, l’interlignage et l’inter-lettrage, les caractéristiques des paragraphes, afin que tout graphiste ou opérateur PAO puisse refaire le document sur demande en suivant les indications.

 

Les caractéristiques d’impression

Si celles-ci sont spécifiques, les caractéristiques d’impression peuvent également figurer dans la charte. Cela peut signifier l’utilisation d’une technique d’impression ou d’un papier spécial par exemple (papier de création, teinté dans la masse, recyclé ou certifié FSC, grammage particulier, etc.). Ces détails incluent les particularités du façonnage : pelliculage mat ou brillant, découpe spécifique, forme imprimée en vernis sélectif, etc.

Formation Peexeo « Suite Adobe Design »

Participez à notre formation pour découvrir les bases de Photoshop, InDesign et Illustrator.
Assurée par un graphiste de l’agence, sur-mesure ou groupée !

Les choix iconographiques

Parce qu’un visuel complète l’information textuelle avec beaucoup d’impact, les images et photographies utilisées dans un support de communication quelconque peuvent valoriser ou à l’inverse desservir le sens des messages transmis.
Dans certains cas, le principe du choix des images utilisées peut alors être développé dans la charte afin de garder une certaine cohérence entre les différents supports. L’entreprise décrit alors la ligne directrice iconographique qu’elle souhaite suivre : cadrage spécifique, profondeur de champ, lumière et contraste, signifiant et signifié, thèmes et contenus représentés, utilisation des images dans les supports, etc.

Cette partie peut-être l’occasion de rappeler les valeurs fortes de la société ou de la marque, mots clés qui sont susceptibles d’être souvent repris dans les supports de communication ou évoqués dans des visuels.

Conclusion

La charte graphique doit vraiment être pensée comme un outil de travail à part entière. Définissant les « standards de l’identité visuelle » à respecter (à la manière d’un cahier des charges), ce document doit permettre à n’importe quel professionnel du monde graphique de reprendre la conception des outils de communication. Une charte graphique complète permet ainsi un travail de qualité et une cohérence entre chaque support, indispensable pour l’image et la notoriété de la marque.
Il n’existe pas de véritables règles concernant la construction d’une charte : les différents éléments à évoquer doivent être choisis en fonction des besoins de l’entreprise ou de la marque. Si les éléments dits « principaux » sont primordiaux (logo, couleurs, etc.), il n’est cependant pas nécessaire de charter un communiqué de Presse ou un modèle d’affiche si les actions de communication via ces supports seront rares ! Nous parlons ici des outils de communication types, récurrents et déclinés dans le temps.

La conception du document « Charte graphique » intervient en phase finale de la création de l’identité de marque.  Elle est donc bien souvent laissée de côté, car jugée non importante au vu des investissements financiers et temporels déjà réalisés. Cette habitude erronée demande réflexion : une charte bien conçue permettra un gain de temps et de cohérence visuelle considérable dans le futur (et un confort non négligeable pour tous les graphistes qui travailleront sur vos supports ☺) !

 

Envie d’en savoir plus ?

Vous souhaitez en savoir davantage sur la création d’une charte graphique ? Découvrez notre formation Suite Adobe Design !

4 commentaires

Merci pour votre article et son détail.
J’insisterai sur l’importance du travail graphique à moyen et long terme et surtout, toutes les correspondances à envisager entre le web et le print.

Répondre
Avatar
charte graphique

Merci pour cet article détaillé et complet.
La charte graphique permet effectivement de reprendre le travail sur le long terme selon les règles qui ont été établies mais il assure surtout la cohérence des différentes créations en rapport avec la marque.

Répondre
Avatar
Ligniere

bonjour,j ai une petite question que vous allez surement pouvoir me renseigner .
lorsque l’on fait un montage texte quark xpress ds quel format enregistrer le doc pour qu il soit lu par n importe qui ( jpeg ne figurant pas ds les choix dispo).
merci d avance de votre reponse passer une tres bonne journée.

Répondre

Bon article, qui résume bien tout ce que l’on doit trouver dans un bonne charte graphique.
C’est vrais que la rédaction de ce document est un peu fastidieuse pour un DA mais ça peut faire gagner du temps à l’avenir.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *